Histoires Photographes

Moonkiid : les photographies d’un shooting ensoleillé

Il y a un mois, je vous montrais le backstage d’un shooting ensoleillé avec le photographe de mode Moonkiid. 1h11 top chrono et 4 tenues qui s’enchainent. Aujourd’hui, voici le résultat. Je suis heureuse de partager avec vous les photographies et de vous révéler 15 faits inédits et véridiques autour de cette séance photo.


  1. Je n’avais jamais porté de orange avant ce shooting.
  2. Je me suis maintenant réconciliée avec le orange après ce shooting.

 

3. Au fur et à mesure que Yesyoyann le styliste me rajoutait des accessoires : casquette orange et lunettes non pas sur les yeux mais sur le dessus de la tête, mon rire augmentait et ma perplexité s’agrandissait.

4. Avant ce jour là, j’ai toujours refusé de mettre des casquettes, persuadée que le je ressemblerais à un cliché de touriste asiatique. Je suppose que j’ai donc faibli à ce moment là.

5. Les lunettes de soleil ne sont pas à moi. Comme d’habitude, avec mon habilité éternelle et intemporelle, je les ai faites tombées tel un vrai boulet. Et à quelque chose près, dans la Seine elles se seraient effondrées.

 

 

6. Sans aucune idée des tenues, j’ai étais habillée, totalement lookée le jour même. Dans la rue et sans miroir, je ne savais donc vraiment pas à quoi je ressemblais.

7. De plus, Moonkiid a travaillé à l’argentique, pour un résultat magnifique, mais aucun moyen de vérifier si après le clic, cela ferait vraiment stylé ou complètement raté.

 

 

8. Je n’aurais jamais pensé porter des vêtements d’hommes.

9. Il faisait tellement beau ce jour là, que l’on a tous eu chaud. Un 16 février.

 

10. Après cette journée, j’ai cru que le printemps commençait. Et cela a été très dur pour moi de revenir à la réalité.

11. Vous vous en fichez mais avant le shooting nous sommes allés prendre un petit déjeuner à HD Diner.

12. C’était les premières photographies que je faisais avec ma nouvelle coupe de cheveux.

13. C’était aussi la première fois que Moonkiid faisait un shooting avec son nouvel appareil.

14. Ma confiance envers lui était absolue, mon amour envers son travail étant si grand.

15. Pour finir ces faits, je félicite son travail, complètement en extase devant les jeux d’ombre et de lumière, et absolument impressionnée par les couleurs.

 

See you,
Hoa.

Articles similaires

Ray Litsala, l’amoureux des femmes

Hoa

Kristian Schuller : quand la féérie ne s’arrête jamais

Hoa

La mode court les rues

Johanna

Leave a Comment