Image default
Histoires Photographes

Être Princesse de la nuit à Paris

En ce début de nouvelle année et pour repartir du bon pied, je vous présente le troisième et dernier extrait de la série « Être Princesse … à Paris ». Car oui c’est vrai 2018 est terminée, mais mon envie d’être une Princesse ne s’est pas arrêtée.

Octobre 1974, Oliviero Toscani pour le British Vogue créait une photographie de mode remplie de paillettes.


Noir et blanc, univers étincelant. Comme si elle sortait de soirée, une bouteille et un verre à la main, la mannequin m’évoque une Princesse de la nuit. Sa robe longue pailletée s’illumine et se reflète tandis que les lumières de la ville semblent briller. L’effet sur la photographie est parfait, car il accentue à merveille cet étincellement et m’hypnose à chaque instant.

Tout ce qui brille est une obsession, une réelle passion. Et à Paris, quand il fait nuit, je sors les paillettes pour aller danser. Voici ma sélection, inspirée d’Oliviero Toscani :

Et oui c’est l’hiver, dehors il fait froid, mais comme beaucoup d’entre nous ou presque, à la minute où je rentre dans un endroit, c’est la chaleur qui me tombe dessus, c’est l’écart de température phénoménal qui me fera tomber malade.

Alors pour être une Princesse de la nuit, prête pour aller danser, je choisis une robe caraco ornée de sequins Love Triangle, au décolleté plongeant et au dos nu plaisant. Courte et légère, elle sera parfaite pour me laisser libre de mes mouvements. Avec cette envie irrésistible de sauter, de valser, de danser, de ne jamais m’arrêter de bouger, c’est presque impossible pour moi d’être une Princesse de la nuit en talons. Si je prend en considération que ma soirée sera dans une boite de nuit où la techno résonne et carillonne, les baskets roses pailletées Boden sont celles qu’il me faut.

Et parce que je l’avoue, une petite veste pour compléter le look ne me fera pas de mal si le fumoir est extérieur, je sélectionne une veste en lin satinée Zara.

Enfin, pour créer ma photographie, histoire d’immortaliser à l’infini, je choisis tous les lieux où l’on peut jouer avec les reflets.

Être une Princesse de la nuit, voilà comment cette série inspiration photographie se finit.
Et si jamais vous avez raté les deux premiers extraits, vous pouvez les retrouver ici et ici.

See you,
Hoa

Articles similaires

Lina Tesch entre photographies et contes

Johanna

TOP 5 : Mes shootings préférés de 2018

Johanna

Rêve, danse et brûle

Hoa

Leave a Comment