Image default
Histoires Photographes

Être Princesse en Tulle à Paris

Je me souviens de mes costumes de danseuse quand je jouais la princesse, je me souviens de tous les froufrous, les jupons, les coiffures… Je me souviens. Après l’extrait numéro 1, voici le numéro 2 : Être Princesse en Tulle à Paris.

Pour cet épisode, je me suis inspirée de la photographie de mode de Luke Nugent.


Aucune hésitation, aucune demi mesure, le tulle est partout. Mais quelle magnifique Princesse, vêtue de sa robe grande, imposante, captivante, hypnotisante. Sortie tout droit d’un conte de fées, prête pour le bal de fin de dessin animé, resplendissante de beauté.

Mis en valeur par la lumière, le visage poupée est joliment maquillé. Presque comme dans les histoires de mon enfance, où la lueur illumine les personnages, leur donnant une si grande élégance.

Seulement voilà, dans la vraie vie à Paris, dans la routine métro boulot métro… et bien métro. Difficile d’être une Princesse avec 10m de traine et 30 jupons quand il faut passer le tourniquet, quand il faut monter, descendre 190 marches ou courir et sauter entre les portes qui sont prêtes à se refermer. Imaginez les scènes, 15 minutes pour activer la carte navigo, suivi de chutes royales dans l’escalier, la robe encrassé, déchirée, qui finit par se coincer, car oui le BIP était largement enclenché.

Cependant voilà, je n’ai absolument pas envie de renoncer à être une Princesse en Tulle, pour des raisons techniques, qui ne doivent pas être dramatiques. C’est pour cela que je me dois de créer mon look de Princesse en Tulle, inspiré par la photographie de Luke Nugent, réadapté à ma façon, à ma vision, pour ma vie de polisson.

Ma pièce phare sera la jupe fleurie en tulle de Needle & Thread. En haut, j’accorde le soutien gorge en tulle pailleté « Nuance » de Princesse Tam Tam et le body PrettyLittleThing, au décolleté plongeant tout en tulle transparent.

Pour compléter ce total look tout en douceur, je choisis le Gilet Borka de Louise Misha. Pour apporter la touche Princesse jusque dans les moindres détails, je sélectionne les mules ornées de strass Public Desire (qui me rappellent avec du baume au coeur, mes premiers talons de déguisement princesse que j’avais eu pour un anniversaire, aussi brillantes, aussi pimpantes), ainsi que le sac « Alicia » de Musier, rouge et perlé.

Et pour le lieu, j’oublie le studio pour partir à la Galerie Vivienne, pour son esprit parisien, sa belle luminosité, son petit coté doré. Un décor qui me semble parfait, pour être une Princesse en Tulle.

Rendez vous pour la suite des aventures, dans l’extrait numéro 3.

See you,
Hoa

Articles similaires

Enrique Vega, haut en couleur

Hoa

Interview : Tête-à-tête avec Mathilde Caltot

Johanna

Lina Tesch entre photographies et contes

Johanna

Leave a Comment