Image default
Interviews Photographes

Rencontre avec Charles Martinon

Mercredi 17h et il fait déjà nuit à Paris. Je marche vers les Abbesses et je commence à ressentir l’agitation. A ce moment là j’aurais bien aimé un verre de vin de blanc pour me calmer, tandis que je décide de m’installer au Café des fistons. Le décor est très mignon, les petits fauteuils colorés sont charmants, et une place dans le coin m’attend, parfait pour cette occasion. Quelques minutes de réflexion, quelques nouveaux coup d’oeil sur son travail, et le voilà arrivé. Excitation, l’interview peut commencer.


Rencontre avec Charles Martinon, photographe professionnel, parcours atypique et source de motivation.

« Avant j’étais en école d’ingénieur, j’écrivais ma thèse en Allemagne, quand j’ai découvert la photographie, en achetant un objectif. J’ai adoré ça, j’ai senti cette passion en moi. »

6 ans d’études, ingénieur, et le courage de se lancer. Énorme virage, saut dans le vide, plongée sous l’eau. Avec la motivation et la passion brûlante, avec la conviction d’y arriver, Charles Martinon a écouté ce qu’il ressentait et non pas ce qu’on lui disait, il a osé. Il a tout laissé tomber pour faire de la photographie, sa vie.

« J’ai su que c’était profondément ce que je devais faire. »

Cette passion qui l’habitait ne pouvait être ignorée. Mais tout ne tombe pas du ciel et il a compris le système. Il illustre ce que l’on pourrait appeler la détermination. Bien décidé à devenir photographe, motivé à faire ce qu’il lui plait, sa philosophie consiste à ne (presque) jamais se reposer. Travailler, rechercher, intellectualiser. Accrocher des éditos modes sur son mur, étudier la retouche, tenter de comprendre les choix faits, regarder des tutos. Apprendre encore et encore, pour avancer, progresser, s’améliorer.

«  Tu fais que ça, tu apprends, tu y vas à fond, réussir ne va pas sans travailler, et croire en ses rêves est plus important que jamais.»

Maintenant, Charles Martinon commence à avancer vers la cour des grands, devenant professionnel, avec une notoriété de plus en plus belle. Plutôt impressionnant, car ses débuts dans la photographie sont relativement récents, puisqu’on parle d’une période d’un an.

« J’ai commencé en faisant trois shootings par jour, sans arrêt. »

Et pourtant, déjà quelques expériences concrètes à son actif, tel que son travail pour des marques comme « Pied de biche » ou « Perús », le comité des Miss Ile de France, des influenceuses et certaines agences.

« Je m’inspire de choses et d’autres, j’en fais un mélange pour créer ma photo, en fonction du moment, du cadrage, de la lumière… »

Afin de se préparer pour un shooting, il cherche ses sources d’inspirations autant sur pinterest, que dans les magazines. Il a fait de nombreux shootings en extérieur, et des débuts en studio qui me paraissent prometteurs.

« Une fois que la prise de vue est faite, le réglage sur photoshop est primordial. »

Sa vision consiste à prendre la photographie dans son ensemble. Soucieux des détails, de la répartition des couleurs, du contraste et de la lumière,  il considère autant important le cadrage, que la retouche effectuée derrière. Deux éléments qui donnent à sa photographie, que je qualifierai d’une sincère beauté, sa touche de poésie.

Photographe dans l’air du temps, puisqu’il me confie qu’effectivement Instagram est pour lui un support de travail, un élément de communication, une application pour échanger. Il souhaite créer une connexion avec ses abonnés, en donnant une dimension personnelle, en partageant son quotidien et en racontant son histoire.

« Quand tu es photographe, tu es le responsable à part entière de l’image que tu vas rendre. »

Il me raconte ses envies de travailler plus, son aspiration à collaborer avec des magazines et d’être reconnu dans le milieu. ll a aujourd’hui pleins de projets en tête et c’est tout ce que je lui souhaite.

De notre rencontre, je retiens sa motivation et sa détermination. J’admire cette ambition, cette prise de risque, cette envie affirmée de faire ce qui lui plaît, de créer ce qui le passionne. Il est agréable de voir que le travail peut être récompensé, qu’un peu de talent, de passion, et d’engagement vont permettre à Charles Martinon de se démarquer.

 

Je vous invite à suivre son très joli travail sur : 

 Instagram ainsi que sur son site internet.

See you,
Hoa

Articles similaires

Ray Litsala, l’amoureux des femmes

Hoa

Faïd, à la recherche de l’esthétiquement beau

Hoa

Être Princesse Soleil à Paris

Hoa

Leave a Comment