Campagnes Images

Sasha Pivovarova dessine le décor de la campagne Dior

Dior est l’une des maisons de couture les plus en phase avec notre conception de la mode. Innovante, féminine et élégante, elle ne cesse de nous surprendre au fil des saisons. Maria Grazia Chuiri fait chavirer notre coeur et a réussi à s’imposer depuis son arrivée au sein de la famille Dior. Une nouvelle fois, nous nous sommes laissé totalement charmer par la dernière campagne de la saison printemps/ été 2018 : art, mode et photographIes.


Quand l’art rencontre la mode

 

Indéniablement, parmi tous les messages affichés dans chaque collection, Dior prône un féminisme réfléchi, en mettant en avant le travail de femmes talentueuses, en commençant par sa directrice artistique Maria Grazia Chuiri, des photographes telle que Brigitte Lacombe ou encore au travers de cette nouvelle campagne où l’art rencontre la mode.

La collection printemps/ été 2018 rend hommage à une artiste Niki de Saint Phalle, dont le travail a été la source d’inspiration de toute cette collection. Des reproductions à l’identique de ses oeuvres font partie de certaines des pièces. Également inspirée du film autobiographique de cette artiste « Daddy » la collection partage un message de force et de courage au travers de l’art et de la créativité.

Traits de peinture pour le décor

 

Suite logique, la maison a fait appel à la jeune et sublime artiste Sasha Pivovarova. Mannequin et illustratrice, elle nous présente son univers au travers de cette campagne signée Patrick Demarchelier et comme souvent, une vidéo accompagne ces clichés, ce qui nous permet de nous imprégner de l’ambiance lors de la séance photo.

La jeune femme utilise le décor de ce shooting comme une immense toile, lui permettant ainsi de nous présenter son univers et le style de ses dessins. Visages mystérieux, autoportraits, ils sont en effet le reflet de la jeune artiste, presque mélancolique, plein d’émotion. Elle dessine au fil du shooting sur une mélodie rythmée et joyeuse de la chanteuse Christine. Chaque trait de pinceaux danse sur la mélodie et nous entraîne dans une chorégraphie artistique.

Tout en simplicité, fond blanc, on découvre la jeune femme entourée de ses dessins, on prend le temps de contempler le cliché dans son ensemble, de profiter de cette simplicité ultra travaillée. Danses, mouvement et rythmes très sixties, les pièces de la collection s’accordent parfaitement à l’environnement du shooting. Et comment ne pas succomber face à la beauté des créations, chacune des pièces nous donne envie de s’y glisser, elles semblent à la fois confortables, féminines et chics.

Cette nouvelle campagne Dior (à l’image des précédentes), nous a particulièrement séduites, par sa simplicité, son minimalisme, la manière dont Sasha Pavovarova pose et nous présente son travail ainsi que les angles et prises de vue au travers de l’oeil de Patrick Demarchelier, toujours aussi inspirant. Elle nous le confirme, la mode et l’art s’accordent à merveille, deux univers si proches et parfois complémentaires.

Johanna, x

Articles similaires

L’égérie Dior sous les yeux de Norman Jean Roy

Johanna

Balenciaga chassée par les paparazzi

Johanna

Auguste The Label, comme si rien ne pouvait arrêter l’été

Hoa

Leave a Comment