Photographes Portraits

Kristian Schuller : quand la féérie ne s’arrête jamais

Sans aucun doute, l’hiver est là et ses caractéristiques aussi. La nuit, le froid, la déprime. On a à peine le temps de voir le jour se lever, que la nuit est déjà tombée. On est à peine sorti qu’on ne sent plus nos mains et que notre nez est gelé. Parfois l’hiver a tendance à nous donner un coup de blues, une petite déprime lors d’un soir inactif. C’est dans ces moments là, emmitouflé dans notre plaid, réfléchissant au sens de la vie ou scrutant notre instagram, que l’on cherche des petites choses qui pourront égayer notre soirée morose et nous faire rêver. C’est exactement à ce moment là, que l’on pense à Kristian Schuller, à ses merveilleuses photographies, à son univers élégamment déjanté.


Kristian Schuller : les origines

 

Né en Roumanie, Kristian Schuller a déménagé avec ses parents en Allemagne quand il était très jeune. Installé à New york aujourd’hui, il a d’abord étudié le design de mode aux cotés de Vivienne Westwood, ainsi que la photographie avec F.C. Gundlach à l’Université des Beaux Arts de Berlin.

Isabella Blow, journaliste de mode anglaise le fait entrer aux publications CondéNast de Londres et participe aux débuts plus concrets du jeune homme. Depuis, il enchaine les succès et travaille à l’international pour les plus grands magazines tels que Vogue, Harper’s Bazaar, Elle, et Glamour.

Kristian Schuller : la signature artistique

 

On est submergé par tant de beauté et d’intensité. Le travail de Kristian Schuller est signé. Son art est spectaculaire, grandiose, éblouissant. A contrario du minimaliste, à l’opposé des compositions essentielles, le photographe est d’une générosité sans nom sur les détails. On pourrait même dire qu’il a, le sens du détail, le vrai. Il semble que tout soit étudié, tout soit millimétré pour faire de son travail un magnifique rêve.

Magiquement artistique, magiquement grand. Sa photographie nous emmène dans l’irréel, le sur réel. Elle nous transporte dans des univers remplis de féerie, d’histoires et d’émotions. Comment rester de glace face à tant de magie ? On se demande si la mode sublime sa photographie, on s’interroge si ce ne serait pas le contraire. Comme des scènes théâtrales, des aventures sensationnelles, ses photographies sont admirables, d’une envergure incontestable.

 

Kristian Schuller voit les choses en mouvement, en volume, dans l’espace, sans hésiter, sans sourciller. Loin de la simplicité et de l’épuré, ses mises en scène sont phénoménales et intrigantes, souvent pleines de couleurs. Et de rêverie. Il maitrise à la perfection la composition, l’éclairage et l’énergie. Jouant sur la légèreté des vêtements, sur leur souplesse et leur volupté, Kristian Schuller capture les instants, et nous transporte avec lui dans l’envol de son art. Rien n’est trop beau, rien n’est trop surprenant.

Avec lui, « de simples portraits » deviennent de vraies histoires. Tant d’émotions transmises, tant de recherches pointilleuses. De la pointe des cheveux au maquillage, tout est extrêmement cohérent, tout est en harmonie. Rien n’est laissé au hasard, le spectacle n’attend pas.

Mystérieux parfois, souvent symbolique, son travail est profond. Avec beaucoup d’élégance et d’impressionnisme, Kristian Schuller réalise des photographies qu’on n’aurait pu espérer, même dans nos fantasmes les plus inimaginables. Son succès n’est plus à prouver dans le milieu de la mode. Sa signature est reconnaissable, son ton artistique est monumental. On est persuadé que ce photographe va continuer à nous émerveiller encore et encore, on est rêveur à cette idée, si gourmand de son travail.

 

See you, 
Hoa.

Articles similaires

TOP 5 : Mes shootings préférés de 2018

Johanna

Être Princesse Soleil à Paris

Hoa

Moonkiid : backstage d’un shooting ensoleillé

Hoa

Leave a Comment