Interviews Photographes

Ray Litsala, l’amoureux des femmes

Il est 18h. La nuit est tombée, et il fait un froid glacial. En regardant les lumières de Noël éblouissantes, on est presque pris de rêverie, complètement embarqué dans nos pensées. Quand, à travers la foule Ray arrive. En le voyant avancer, on se remémore son travail. On a hâte de l’interviewer, hâte de vous le faire partager.

C’est dans un café dans le Marais que nous nous installons. Petits canapés, lumière tamisée, on en oublierait presque la raison de notre venue. L’endroit est parfait et mignon à souhait. Il nous évoque le monde d’Aladdin, nous emmène dans ce rêve bleu. C’est alors que sous le charme du lieu, vin sur la table, l’ordinateur démarré, tout est prêt.


Rencontre avec Ray Litsala, photographe, vidéaste, amoureux de la beauté des femmes.

 

On dit souvent que le hasard fait bien les choses, qu’il suffit parfois d’une toute petite chose pour changer l’histoire. C’est exactement comme cela que Ray a commencé la photographie fin 2010. Un petit détail, un simple oubli, quasiment insignifiant, et qui deviendra l’origine de ses débuts. « C’est une histoire que j’aime bien raconter, car au final elle montre que j’ai commencé la photographie un peu par hasard. Un ami a oublié un appareil photo sur mon canapé. En attendant de lui rendre, et parce que je suis très curieux, je me suis intéressé, j’ai appris à l’utiliser, et je me suis lancé. »

Dans sa vie personnelle, Ray est un rêveur. Partagé entre la mélancolie et l’optimisme, il est d’un naturel joyeux, mais parfois sombre. Se posant des questions sur sa place dans le monde, il n’en est pas moins croyant, toujours à la recherche de la beauté et bonté chez autrui, ainsi qu’autour de lui. Et c’est sûrement ce mixage charmant et complexe, que Ray donne à sa photographie.

En regardant défiler les images de son travail, Ray nous emmène dans sa bulle de naturel. Rien n’est trop beau, rien n’est trop parfait, rien n’est surfait. Tout est juste. Il aime la femme, et cela se voit. Pas juste une mannequin, parfaite sur tous les angles, photoshopée de la tête aux pieds. Non il aime la femme, la vraie. Sa beauté, sa délicatesse, ses atouts, ses faiblesses, ses imperfections. Ray nous montre les femmes telles qu’elles le sont vraiment. Parfaitement imparfaites. Aucune retouche, aucune tricherie.

Avec une lumière naturelle, que ce soit du matin ou du soir, Ray aime faire des focus détails, parties du corps, visage… Zoom arrière, zoom avant. Sa vision est intimiste. Ses couleurs sont tendres.

@ray.litsala
@ray.litsala

 

Presque comme un mantra de son travail, « ‘Cause everybody loves girls », description de ses photographies, prend alors tout son sens. « c’est ma réponse à tellement de questions, pourquoi photographies tu des femmes, des femmes à demi nues,des parties du corps… parce que j’aime ça, je suis fasciné par leurs beautés…Et qu’on ne se le cache pas, tout le monde l’est, au moins partiellement. »

Ses photos reviennent dans notre tête, et on ne peut qu’acquiescer. Comme un écho si cohérent, comme une réponse si évidente, « ‘Cause everybody loves girls » ne nous a jamais autant parlé. Cette petite phrase, simple mais terriblement poétique, est en parfait accord avec son travail iconographique. Réalité. Poésie. Féminité. Du naturel, de l’intimité. Ses modèles sont souvent à moitié dénudées, mais jamais vulgaires. Sa photo rend les choses simples, délicates, romantiques.

 

@ray.litsala

 

Afin de raconter des histoires, évoquer des sensations, montrer des ambiances qui paraissent réelles, Ray ne travaille plus qu’en argentique depuis 1 an et demi. Il aime ce coté vintage, ce doux naturel. En cohérence avec son obsession pour le vrai, le moment présent, l’échange avec ses modèles, le terrain est ce qu’il importe. Pas de post prod, pas de retouches longues.

Photographie – vidéographie

 

Passionné de cinéma, les photographies de Ray ne peuvent être dissociées de la vidéo. Par la création de mini films, de montages, Ray nous emmène dans l’univers des femmes, de la douleur au bonheur, de l’énergie au dépit.  Il nous emporte dans ses intimités, ses mondes, ses peurs, ses doutes. Les vidéos mélancoliques à la limite du dramatique, nous touchent et nous font céder à la tentation de plonger dans l’émotion la plus extrême. La plus dure : celle d’affronter ses sentiments, de succomber à la tristesse. Associée à la musique, c’est comme si on ressentait tout le mélo drame de la vidéo, et que le notre ressortait en puissance.

 

Mais parce que Ray n’a pas qu’une seule facette, son travail est aussi un reflet d’une femme enjouée, étonnante, séduisante, confiante. Ses teasers sont pétillants, sexy, sans complexe.

Séduit par les femmes, sans à priori, sans diktat, Ray nous rappelle avec joie, que la retouche n’est pas l’élément majeur d’une jolie femme. Il a aujourd’hui pleins de projets en tête, il bouillonne d’envie d’aller plus loin, et à vrai dire, c’est tout ce qu’on lui souhaite.

 

See you, 
Hoa. 

Articles similaires

Être Princesse en Tulle à Paris

Hoa

Les rues pleurent Nabile Quenum

Johanna

Karl Lagerfeld, génie de la mode mais pas seulement

Johanna

Leave a Comment